Définition de l'ostéopathie :

 

L'ostéopathie se fonde sur des sciences qui sont en constante évolution. Il est dès lors logique que la définition de l'ostéopathie ait évolué au cours du temps. Actuellement les praticiens de la médecine ostéopathique s'accordent autour de la définition élaborée en 1987 lors de la "Convention Européenne d'Ostéopathie".

 

"La médecine ostéopathique est une science, un art et une philosophie des soins de santé, étayée par des connaissances scientifiques en évolution.

Sa philosophie englobe le concept de l'unité de la structure de l'organisme vivant et de ses fonctions. Sa spécificité consiste à utiliser un mode thérapeutique qui vise à réharmoniser les rapports de mobilité et de la fluctuation des structures anatomiques.

Son art consiste en l'application de ces concepts à la pratique médicale dans toutes ses branches et spécialités.

Sa science comporte notamment les connaissances comportementales, chimiques, physiques et biologiques relatives au rétablissement et à la préservation de la santé, ainsi qu'à la prévention de la maladie et au soulagement du malade."

 
Les grands principes de l'ostéopathie :

 

Le corps est un tout et doit être considéré comme tel : Le corps humain forme une unité complète biologique, émotionnelle et spirituelle. Il y a une interrelation entre toutes les parties du corps humain. Toute perturbation dans une partie du corps peut se manifester dans n’importe quelle autre partie du corps. Le corps humain fonctionne bien totalement, ou fonctionne mal totalement. L'approche ostéopathique est donc globale.


Auto-défense, auto-régulation et auto-guérison : Le corps possède ses propres système de défense et ses propres systèmes d'alarme. Il possède par lui-même ses propres moyens de surmonter la maladie, tant que l'unité "structure-fonction" est préservée. L’ostéopathie doit donc, de par sa thérapeutique holistique, veiller à dynamiser les processus d’auto-guérison du patient

 

Interdépendance de la structure et de la fonction : La structure gouverne la fonction, par exemple, toute perturbation d'une articulation, se repercutera sur son mouvement. Mais la structure dépend aussi de la fonction, par exemple, toute perturbation de mouvement, se repercutera sur la structure articulaire.

 

L'artère est suprême : Le système circulatoire (sang et lymphe) se distribuant dans tous les territoires du corps humain, de même que le système nerveux, l'intégrité de ces systèmes est une condition indispensable à la bonne santé. Toute structure somatique non atteinte d’une lésion organique est capable de fonctionner normalement, pour peu que sa vascularisation soit correcte et que l’alimentation ait fourni des nutriments qualitativement et quantitativement suffisants.